Retour sur Agile France 2014

Agile France 2014Cette année j’ai vraiment pris un plaisir fou en participant à Agile France 2014.

Tout d’abord j’ai retrouvé cette année une forme de convivialité que j’aimais particulièrement il y a plusieurs années, avec la présence de nombreux participants expérimentés avec qui il est très agréable de partager un moment en marge de la conférence pour discuter de tout et de rien.

Ensuite je me suis bien amusé avec Emilie, Isabel, Pablo et Yannick à préparer et animer un Quiz lors du diner (animation non prévue par les orgas) dont vous trouverez les questions ci-dessous.

En terme de programme, il n’y avait vraiment rien à redire, que du top classe !!

Journée de Jeudi

Cette journée commence mal pour moi car suite à un problème de train de banlieue, je perds 40 minutes et j’arrive en retard pour la keynote de Régis Médina, bon c’est la vie.

J’étais à l’heure pour le pitch des sessions par les orateurs. J’avoue que je n’étais pas un fana de cette façon de faire et pourtant je commence à évoluer sur ce point, peut-être qu’un jour à Agile Grenoble ce serait intéressant de l’essayer (enfin lorsque je ferais à nouveau partie de l’équipe d’orga 🙂

Ensuite je me suis délecté à l’avance d’assister à la session de Pascal Van Cauwenbergh et Jacques Couvreur sur la simplicité, et je n’ai pas été déçu. J’en ressors avec quelques idées fortes :

  • Faire simple c’est complexe
  • Supprimer les contrôles pour qu’il y ait plus de responsabilisation et moins de problème (comme supprimer tous les feux à un carrefour, mettre à niveau les trottoirs et la route,  et indiquer au sol une zone de partage entre piétons, voitures et vélos … et cela marche !!!)
  • Introduire des contraintes pour créer de l’innovation simplificatrice

Ensuite, j’ai commencé ma conférence OFF en discutant avec divers ami(e)s en marge de la conférence et préparer ma session MIB : Agile Rescue (il fallait que je me change et que je m’arme correctement).

La session MIB : Agile Rescue que j’ai donné avec Jacques Couvreur n’a vraiment pas attiré autant de monde que j’espérais, mais il est vrai que la concurrence était particulièrement rude à cette heure de la journée. Quoiqu’il en soit c’était les bonnes personnes qui étaient présentes et nous nous sommes bien amusés à jouer les MIB et tirer sur des aliens. Les petites cartes d’Alien que nous avons remises aux participants ont bien plu.

C’était la première fois que j’animais une session avec Jacques et j’ai bien aimé le faire … donc nous le referons 🙂

D’une façon générale, la co-animation de session était presque de mise à Agile France cette année, et je trouve que c’est un format particulièrement agréable pour les orateurs et j’espère pour les participants.

L’après midi était réservé un l’Open Space facilité par Raphaël Pierquin et Lan Lévy. J’avoue préférer lorsque l’ouverture de l’Open Space est bien dynamique, ce qui n’était pas le cas cette année, et je me dis que c’est peut-être une des raisons qui fait qu’il n’y ait eu qu’une 10aine de sujets proposés par horaire par plus de 200 participants. A titre personnel j’avais proposé une session pour écrire le Quiz et avait limité les participants à 5 (une aberration pour un open space que j’assume :).

Après avoir fait l’abeille en butinant 3 sessions, nous nous sommes retrouvés avec les 4 compères cités ci-dessus pour rédiger le Quiz, et j’avoue que nous avons eu un excellent moment de complicité, plusieurs fous rires et beaucoup de plaisir. Il nous a d’ailleurs fallu 2 slots pour finaliser le Quiz.

Ensuite il était temps pour prendre l’apéritif … et assister à la keynote de clôture de la journée avec Thibault Brière. J’avoue ne pas avoir été emballé par la façon dont l’orateur a traité le sujet de l’intelligence collective et avoir même complètement lâché lorsqu’il a dit que nous pouvions avoir une intelligence collective même en étant seul ? Comme il avait dit précédemment que la différence générait de la créativité et qu’il fallait systématiquement remettre en question les positions annoncées, j’en déduis que lorsque l’on est seul, il faut ne pas être d’accord avec nous mêmes pour que cela soit efficace … Bonjour la schizophrénie !!

Le repas était très sympa, le Quiz a bien fonctionné, nous avons même réussi à faire chanter 5 tables sur 9 et c’est la table des « oies sauvages » qui a gagné les 2 bouteilles de champagne.

Journée de Vendredi

J’ai ADORE la keynote de Rachel Davies qui expliquait le plus simplement du monde que dans la boîte où elle travaille les développeurs sont responsabilisés et en contact régulier avec les personnes du métier. Que le management visuel est de mise en plus de l’utilisation massive de Trello. Que la majorité du temps est passé en échange avec le métier et étude de ce qu’il est possible de faire. Que les story sortent régulièrement sans avoir particulièrement recourt à du Kanban ou du Scrum. Que les estimations sont faites en Journée Idéale (une vieille méthode). Que les développeurs doivent investir 20 % de leur temps à étudier ce qu’ils veulent et que l’indicateur de succès des développeur est directement le chiffre d’affaire de la boutique. YEAH !!!

Ensuite je suis allé voir Dominique de Premorel et Christophe Ordano nous parler des 5 jours passés en isolement pour écrire un livre à plusieurs mains. J’ai bien aimé la fraicheur de la session et j’ai retiré plein d’idée pour, qui sait, faire de même prochainement.

Après j’ai choisi de me replonger dans ma jeunesse en allant écouter Guillaume Duquesnay nous parler de son activité de Maître de Jeu. Je n’ai pas eu l’occasion de demander à Guillaume les raisons qui l’ont conduit à faire cette session, j’ai bien reconnu pas mal de pattern du management dans ses explications, et je pense que Guillaume a eu envie de se faire plaisir. De mon coté j’ai passé un excellent moment … sans vraiment rien apprendre, et c’était nullement mon objectif 🙂

Puis j’ai choisi d’assister au REX de 5 ans d’agilité par Bénédicte et Frédéric. Ils avaient choisi la technique des 6 chapeaux de Bono pour structurer leur présentation et c’était une excellente idée. Le chapeau de l’émotion était très présent car il n’est pas facile de maintenir un contexte agile pour réécrire 60% d’un SI dans une entreprise qui ne semble pas particulièrement agile.

Toute l’après midi était réservée à notre session « Qu’il y a t il sous le capot des jeux agiles ? » que je coanimais avec Pascal Van Cauwenberghe et Damien Thouvenin (enfin Damien n’a pas du trouver la salle :)). Le quota des 20 participants a été très rapidement atteint et nous avons lancé une réflexion sur les patterns qui peuvent se retrouver dans les jeux agiles (j’aurais l’occasion de vous en parler dans un prochain article) et ensuite nous avons enchaîné avec un « Speed Game Creation » qui a encore une fois donné des résultats plus que surprenants avec 4 jeux sympas créés en 1h30 environ (Le jeu de l’arc en ciel, Quali Velocity Game, Story Drawing et Le Cobaye). Bon il reste encore aux créateurs à les peaufiner pour améliorer leur gameplay, mais c’est déjà vraiment très bien.

Ensuite je n’ai pas pu assister à la keynote de clôture car je devais aller prendre mon train dans lequel je rédige cet article.

Fil Rouge

Et encore une fois, Romain Couturier, qui était le fil rouge de la conférence, nous a régalé avec des séances de scribing collectif et vu le nombre de feuilles dessinées présentes dans le chalet, il y a du avoir de l’effervescence durant ces 2 jours, et les feutres ont du chauffer fort.

Une réflexion sur « Retour sur Agile France 2014 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *