Troisième Jour

Aujourd’hui, un petit détour vers les tests puis un menu très diversifié.

  • Eric Jimmink (ORDINA): Paving the way for Agile Testing. La salle était trop petite et nous étions bien 70 dont plusieurs assis par terre … et pourtant Eric n’est pas connu. Si les testeurs ont une priorité, c’est de contribuer à la définition du DONE (le DoD: Definition of Done), la deuxième est de fournir des feedbacks à l’équipe sur tout ce qui peut être amélioré. Donc, les tests n’améliorent pas la qualité du produit mais ne fournissent qu’un feedback sur la qualité actuelle du produit. Et petite cerise sur le gateau, chez Eric, les testeurs ont un accès en écriture sur les fichiers de tests unitaires écrits par les développeurs … hum, certains chez moi ne seraient pas contents.
  • Kealy Opelt & Tracy Beeson (Memlo Innovation): Agile Teams requires Agile QA. Superbe prestation du duo, très dynamique et vraiment sympa. Coté contenu … une vraie surprise … celle de voir des américains dire que la QA c’est de l’amélioration des processus (au sens Assurance Qualité en France) et non du test comme dans toutes les sociétés américaines. Et donc, en toute logique, l’écriture de tests est la 4ème activité de la QA, après la compréhension des besoin utilisateur, le questionnement systématique et les compréhension des tenants et aboutissants de l’équipe de développement. Coté image marquante, leur tableau des bugs sous forme de post-it (pas d’outil de traçabilité) après 123 itérations sur le même produit.
  • Jeff Sutherland, Jason Titus, Rob Dee: From High Performing to hyper performing team. Table ronde plutôt sympathique animée par ma copine Gabby (Gabrielle Benefield) autour de l’expérience ce ces 3 cadors de l’agilité. Jeff m’a semblé le plus ultra des 3 avec des positions très fermes sur ce qu’il faut faire ou ne pas faire avec Scrum. Lorsqu’il veut vérifier si une société est agile, il pose 2 questions au board des directeurs: « Connaissez vous la vélocité de vos équipes ? » et « Quels sont les problèmes que vous avez résolus depuis votre dernière réunion du board ? ». Wouhaa, il faut s’appeler Sutherland pour se permettre cela !
  • Carsten Jakobsen (Systematic) : Mature Agile with a twist of CMMI. Retour d’expérience très intéressant (surtout pour moi qui ait un passé de CMMIiste convaincu) sur l’implémentation de scrum au sein d’une entreprise CMMI niveau 5 – Ca marche très bien. Malheureusement, la session était trop courte, mais j’ai récupéré la carte de visite de Carsten … donc j’aurais des infos sous peu.
  • Pascal Van Cauwenberghe & Portia Tung : La technique d’interview des 9 cases. Un peu de repos avec cette session en Français, enfin seulement pour la langue, car l’exercice nécessite de faire tourner ses méninges. Belle prestation de Pascal et Portia, cette pratique peut s’avérer vraiment utile pour produire des users stories de bonnes qualité, a essayer donc.

Puis la journée s’est terminée par le banquet, pas terrible d’un point de vue nourriture, mais cela donne une occasion supplémentaire de networker avec des personnes nouvelles (j’ai été placé à une table où je ne connaissais personne).

Puis est arrivé Uncle Bob, alias Robert Martin, et le show a commencé !

Je ne l’avais jamais vu et c’est géant ! Parfois excessif, très souvent drôle et critique sur le monde de l’agilité, en particulier il a fait une caricature succulente de Scrum et XP en les comparant respectivement à Obama et McCain. La conclusion de son show était « Développeur, lavez-vous les mains! », ce qui signifie soyez autant professionnel que les chirurgiens qui se lavent les mains avant chaque opération et donc, écrivez du code propre (« Clean Code » c’est d’ailleurs le titre de son dernier livre)

Une réflexion sur « Troisième Jour »

  1. Je suis bien d’accord pour trouver qu’Uncle Bob est vraiment ‘magique’. Il manie à merveille l’humour et l’ironie pour faire passer ses messages. En plus il a une approche pragmatic ;o) et il parle au développeur ce qui n’est pas toujours le cas des autres conférenciers Agile.
    J’ai été surpris de constater le même esprit avec Ken Schwaber alors que son livre ne m’y avait pas préparé.
    Bon retour dans les Alpes.
    Emmanuel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *