Communauté LeanSI

Mon engouement pour le Lean Software, qui est légèrement plus fort que pour l’agilité, je dois bien le reconnaître, me conduit à contribuer avec plaisir au lancement d’une nouvelle communcaté Lean et Systèmes d’Information lancée conjointement par FUJITSU, TELECOM Paris et l’Institut Lean France.

Cela se passera le Lundi 17 Novembre à Paris (Réveil vers 4h du matin pour moi, Aie !) sur une matinée avec les orateurs suivants:

  • Philippe Nieuwbourg, Le Lean et l’histoire de l’informatique: rappels historiques
  • Thomas Houy, Lean Management et Systèmes d’information : quelques repères
  • Régis Medina, Le développement logiciel agile
  • Alexandre Boutin, Yahoo, Le Lean Management en informatique

Je vais devoir parler du Lean Software en 30 minutes … quel challenge pour moi qui ait du mal à le faire en 1h30 … souhaitez moi bonne chance.

4 réflexions sur « Communauté LeanSI »

  1. De même.
    Après avoir visualisé la vidéo de David-Anderson, je suis de plus en plus convaincu par le lean :
    http://www.infoq.com/presentations/Agile-Directions-David-Anderson
    combiné avec la publication des travaux sur Agile/CMMI, me semble ouvrir un débat intéressant :
    http://www.agilecmmi.com/2008/11/cmmi-or-agile-why-not-embrace-both.html

    Le livre en copie de ce billet et il celui que vous conseillez de lire pour appliquer le Lean en développement ?

  2. Alex,

    merci encore pour votre brilliante présentation au séminaire Lean et SI. On voit bien ce ue l’agile peut apporter au lean: une application dans le domaine informatique. En effet, comme nous en avons discuté, les éléments du lean/TPS se retrouvent dans l’approche agile:
    JIT/ Livraisons par cycles fréquents
    JIDOKA/ Test intégrés
    Kaizen/ Refactoring

    la question qui m’a plus travaillé après avoir bavardé avec vous-même et Régis est plutôt dans l’autre sens: que peut apporter le lean à l’Agile. En parlant avec les uns et les autres il est apparu qu’il y avait plus de curiosité dans la salle du point de vue des auditeurs « agiles » aux techniques de lean en prod que de plus d’agile proprement dit.

    Un sujet qui mérite plus de réflexion, mais si vous en avez le temps, pourriez vous jetter un coup d’oeil au papier que Goddefroy et moi avons co-écrit « The Thinking Production System » qui est en ligne sur le site http://www.lean.enst.fr dans la rubrique publications (Publié dans la revue de SOL aux US).

    Même si les méthodes lean sont clairement plus efficaces que les approches de la production traditionnelle, elles ne donnes que très rarement les outcomes de type Toyota. En cherchant à savoir pouruoi, nous avons remarqu » que les sensei de Toyota expliquent depuis 20 ans, qu’il ne s’agit pas d’appliquer les outils du lean à chaque process, mais de développer l’esprit kaizen dans chanque employé – et en ça, vingt ans de lean a très peu progressé; Effectivement les démarches de changement que j’animent sont fondées sur ce deuxième principe et il s’agit d’un « lean » très différent de celui présenté par Thomas hier matin.

    Il me semble que c’est ce qui se passe exactement avec l’agile également – les outils d’organisation de l’agile sont appliqués à des développements, mais ni vous ni Régis n’avez présenté de PDCA au niveau individuel ou en équipe. Peut-être que cela se fait en Agile et que cela n’apparaît simplement pas.

    Dans l’industrie, les gens vous disent toujours, laissez nous commencer par appliquer les outils, et nous ferons ces machines de PDCA quand nous aurons plus de maturité. De mon point de vue cette attitude est précisément ce qui a amené Ford et GM à tirer des bénéfices du lean (rattrapage qualité en particulier) sans pour autant régler leurs problèmes de fond.

    Je serais très curieux d’avoir votre avis sur la question, et, si cela vous intéresse, d’essayer d’orienter les sessions futures du Lean et SI sur ce thème.

    merci encore pour votre présentation,
    Bien cordialement,
    Michael Ballé

  3. Michael, merci beaucoup pour ce feedback très complet.

    Je pense que vous avez mis le doigt sur une des faiblesses de l’approche Agile qui est de se concentrer sur l’outil (Scrum, XP …) et non sur le système. Bien sur cette approche « outil » est erronée, mais il faut beaucoup de maturité et de recul pour qu’une entreprise se rende compte de cela. Les coachs peuvent être d’une grande utilité mais leur portée est limitée et il est nécessaire d’obtenir l’appropriation par les personnes afin de garantir la pérennité de la démarche.

    Mon intérêt pour le Lean (je vais juste parler en mon propre nom, et peut être que d’autres « agilistes » se retrouveront) vient du fait qu’il propose une démarche complète d’amélioration du système. Le mécanisme PDCA est pour moi fondamental, mais trop peu mis en avant par les méthodes agiles (la rétrospective Scrum en fin d’itération met en oeuvre un aspect du PDCA pour l’équipe mais la boucle n’est pas bouclée car la méthode n’incite pas à vérifier l’efficacité des actions identifiées).

    En résumé, j’ai personnellement encore beaucoup a apprendre du Lean pour être plus efficace dans la mise en place de l’Agilité 🙂

  4. C’est clair qqu’on passe tous notre temps à tirer dans le noir en espérant que cela va faire « bing ». Je viens de discuter du même thème avec Mary Poppendieck (avec laquelle j’échange depuis quelques années) et elle pense que je fais fausse route et que seule l’apprentissage en équipe est intéressant. Une des difficultés, je crois est que Toyota considère que la responsabilité est individuelle mais la résolution de problème en équipe. Grosso-modo, tel que je le comprends, un manager donne la responsabilité de résoudre un problème à quelqu’un, et cette personne doit alors animer l’équipe (soit son équipe de travail dans un cercle de qualité, soit une équipe transverse dans un « chantier ») pour résoudre le problème. Je suis en train de lancer des expériences en usine sur ces thèmes, mais c’est pas toujours facile!

    Du coup, j’ai commencé à regarder plus de chose sur l’agile, et je suis frappé par la vigueur de la communauté et l’envie d’innovation qui s’en dégage. En industrie, on a plutôt tendance à faire du lean au pied du mur, le couteau sous la gorge et le revolver à la tête – c’est pas franchement le même esprit 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *