Agile2009 : Jour 1

Très belle journée sur Chicago … et dans les sous-sols (là où se tient la conférence) c’était pas mal non plus.

  • La validation agile se fait de façon continue et collaborative : Premiers travaux de recherche sur la façon dont la validation d’un produit est réalisée en mode agile. Les résultats ne sont pas une réelle surprise pour moi car j’avais déjà assimilé les notions de continuité et de collaboration. Les implications sont pour les pratiquants agile de penser très tôt aux tests et encourager les échanges oraux pour définir les meilleurs tests (ATDD, BDD …) et pour les chercheurs d’étendre la définition de ce qu’est la validation d’un produit. En clair d’obtenir la satisfaction des besoins utilisateurs même si les exigences ne sont pas totalement écrites. Donc en conclusion, et c’est une bonne chose, se rendre compte que la validation telle que défini actuellement n’est pas compatible avec l’approche agile.
  • Le flux est orthogonal à la planification : Très bonne présentation de Mary Poppendieck qui se sert de l’exemple de la construction de l’Empire State Building en 8 mois pour argumenter la supériorité de l’approche par le flux et la gestion des contraintes plutôt que par la planification et par l’architecture. Pour plus de détails, je vous invite à lire l’article que Portia Tung vient juste de publier. Auquel je rajouterais la comparaison faite entre l’approche Itérative et le Kanban (Engagement+Livraison vs Engagement parfois irréalisable / Engagement de l’équipe au complet vs Intervention plus aisée des experts / Taille des batchs basé sur la durée vs Taille des batchs basé sur la taille des fonctionnalités / Cadence = Timebox vs Cadence = Release Cycle / Capacité de production = Vélocité vs Capacité de production = « Troughput »). De surcroît le Kanban proposé par Marie (le libellé des colonnes) me semble vraiment intéressant pour obtenir un « ready-ready » (prêt à être implémenté) et un « done-done » (prêt à être livré).
  • Qu’est ce donc qu’un chef de projet agile ? : J’ai eu tout faux avec cette session car je n’ai absolument rien appris ! A part de fait de faire de la publicité pour la communauté agile du PMI animée par Jesse Fewell (qui était l’orateur), de bombarder quelques slides basiques regroupant les activités de Scrum Master et de Coach agile sous l’étiquette « Agile Project Manager » et de demander à chaque table de faire un brainstorming sur ce qu’est un « Agile Project Manager » … RIEN DE RIEN – SESSION ABSOLUMENT INUTILE … mais certains participants de ma table ont bien aimé … comme quoi 🙂
  • Considérer le changement comme un champ de bataille : Superbe présentation faite par George et Giora de BigVisible sur l’utilisation d’une approche guerrière pour modéliser les résistances au changement dans l’entreprise. L’idée est de créer un carte (champ de bataille) de l’ensemble des acteurs qui influence la mise en place de l’agilité (6 types) et leur force d’influence (3 types) sur chacun des autres acteurs (un manager influence ses collaborateurs par exemple). Puis de définir une stratégie de bataille, car on ne peut être sur tous les fronts, pour s’occuper des points où la ligne de front risque de céder. Cette carte permet également de reconnaitre certains patterns comme le siège ou le champ de mines afin de mener les actions appropriées. Bref une approche super simple que je trouve superbe (pour plus d’information, voir le commentaire de Yann)

C’est tout pour aujourd’hui et je file à l’Ice Breaker pour faire connaissance avec d’autres agilistes, vivement demain.

Une réflexion sur « Agile2009 : Jour 1 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *