Crétin de cerveau et agilité

Science EtonnanteDernièrement ma fille m’a suggéré de regarder une vidéo sur notre « crétin de cerveau » et les biais cognitifs qu’il génère.Il y a l’effet de Halo, l’effet d’ancrage et les coûts irrécupérables.

J’ai trouvé cela génial et je me suis demandé si l’agilité permettait de réduire certains de ces biais.

Biais 1 : L’effet de Halo (Vidéo)

Pour ce qui est du premier biais et de l’influence du physique des personnes sur notre jugement, l’agilité n’offre pas vraiment de réponse (il faudrait plutôt aller chercher dans le coaching et la sociologie).

Néanmoins en mettant l’accent sur les individus et leurs interactions, c’est à dire la notion d’équipe, l’agilité nous propose de prendre du temps pour aider l’équipe à se constituer et devenir performante.

Chaque fois que j’accompagne une nouvelle équipe, je passe du temps à m’assurer que les équipiers se connaissent, partagent les mêmes objectifs et que leurs attentes individuelles soient compatibles avec les attentes de l’organisation.

Pour ce faire j’utilise des jeux bien entendu, et je passe également du temps en entretien individuel.

Biais 2 : L’effet d’ancrage (Vidéo)

Pour ce qui est de ce deuxième biais, je pense que l’approche « Intelligence collective » permet à une équipe agile de mieux réagir face à ce travers.

Par exemple une technique comme celle du Poker Planing où tout le monde vote en même temps permet d’éviter qu’un premier chiffre influence le vote des autres participants, qui sera bien entendu influencé au deuxième tour, mais cela ne me semble pas trop grave.

Le fait de calculer la vélocité à postériori, une fois les itérations terminées, permet également de réduire ce biais en ne demandant pas d’engagement à priori sur la base d’un chiffre qui sortirait du chapeau.

Biais 3 : Les coûts irrécupérables (Vidéo)

Pour ce troisième biais, j’espère que le fait d’avoir un logiciel opérationnel à chaque fin d’itération permet de prendre plus facilement la décision d’arrêter le projet. Il me semble plus simple de décider de l’arrêt d’un projet en ayant un sous ensemble opérationnel qui donne confiance sur l’impossibilité pour l’équipe de terminer le projet dans le budget initialement prévu.

Honnêtement, je ne suis pas certain que l’approche itérative permette réellement d’arrêter les projets plus facilement. Je rencontre encore beaucoup d’entreprise chez qui ce biais des coûts irrécupérables semble fortement ancré.

Conclusion

Il y a encore plein de vidéos qui ont l’air sympa sur la chaîne ScienceEtonnante, si vous en trouvez une avec un lien à l’agilité, n’hésitez pas à me faire signe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *