Agile Games France 2013 : La magie a « encore » opérée

La 2ème édition de la conférence dédiée aux Jeux et Ateliers s’est tenu les 1 et 2 février 2013 à Avignon. Après la magnifique édition 2012 à Nantes, j’avais un peu d’appréhension de ne pas retrouver cette magie car le nombre de participants était plus élevé (60 au lieu de 40) et je ne savais pas si nous avions suffisamment de matière pour nous renouveler (rejouer les mêmes jeux ce n’est pas très intéressant).

Au final, c’était encore une fois totalement magique car il s’est passé des choses merveilleuses … et j’ai d’ailleurs eu un peu de mal à m’en remettre le dimanche (je me sentais un peu triste et tout à la fois rempli d’idées très sympas).

Les participants se sont mis à bloguer et vous trouverez déjà un très joli descriptif de la conférence et des jeux joués chez Alfred (Agile Games France 2013 : sur le pont d’Avignon, on y joue tous en rond !) et pour ma part je vais plutôt vous livrer une réflexion personnelle sur l’évènement.

Le contexte

Cette conférence se déroule sur un vendredi et un samedi. Le choix du Samedi est parfaitement assumé car je pense qu’il est préférable d’avoir des participants engagés qui font le choix de sacrifier une partie de leur week-end pour venir participer activement.

La possibilité de dormir sur place le vendredi soir était un vrai plus par rapport à Nantes car à partir de 18h, c’est les jeux plus classiques qui sont sortis des valises (Skulls&Roses, Time’s Up, Go, Dixit, Echecs de Machiavel …) et certains se sont même couchés après 1h30 en jouant au « Loup Garou ».

Les espaces de jeu (salles de réunion) avaient l’avantage de pouvoir se fermer pour isoler les joueurs du bruit ambiant, mais c’était également un défaut car il était plus difficile de savoir ce qui se passait dans la conférence … surtout dans la salle un peu éloignée des 3 autres (on n’a pas toujours le choix de la disposition des salles).

La conférence

L’ouverture de la conférence s’est fait avec un Impromptu Speed Networking le vendredi et un Constellations le samedi.

J’ai animé le premier avec une variante en demandant aux personnes d’écrire un mot sur un postIt en synthèse de chaque échange, puis en leur demandant de mettre tous les postIT sur le mur, que certains ont ensuite « groomé » durant la journée. Le deuxième a été animé par Emilie et Christophe.

Ensuite nous avons essayé de partir sur un mode Open Space qui n’en était pas vraiment un puisque aucune organisation réelle du planning n’est ressorti de ce moment d’auto organisation. Il est difficile d’expliquer à ceux qui n’était pas là comment nous nous sommes organisés car pour ma part je ne sais toujours pas expliquer comment cela marche … mais CA MARCHE … et j’adore cela (c’est surement là qu’il y a de la magie).

En quelques mots : des participants ont proposé des sujets en écrivant sur des feuilles blanches, puis les ont mis sur le mur dans 4 colonnes sensées représenter les salles, puis … c’est parti sans tenir compte d’aucun ordre ni d’aucune salle !!!

Je propose d’appeler cette méthode d’organisation un « MAGIC SPACE », qu’en pensez-vous ?

Je peux comprendre également que cela puisse générer une certaine frustration car plusieurs personnes ont eu l’impression de rater des ateliers, mais si on leur demande si elles ont pris du plaisir lors des ateliers auxquels elles ont participé, la réponse est OUI. Je me demande vraiment pourquoi certaines personnes se focalisent sur ce qu’elles ratent alors qu’elles devraient plutôt construire sur le plaisir qu’elles ont eu à faire quelque chose

Les jeux

Que dire des jeux auxquels j’ai joué ou assisté ?

Simplement qu’ils étaient très amusants ou intéressants, que certains m’ont beaucoup plu et d’autres moins.

J’ai aimé jouer au Kanbanzine (facilité par Claude et Jean-Pierre) mais j’ai été un peu frustré de ne pas avoir plus de liberté dans le jeu (Pas de possibilité de changer les WIP, Blocage Philippe trop long, Backlog initial non modifiable …). Mais comme je sais que la frustration est une émotion qui aide à l’ancrage du savoir, c’est surement un mal pour un bien. Et en plus Michel ne fait que des 1 avec les dés … pffft !

J’ai adoré me retrouver avec une dizaine de personnes dans la salle principale, sans idée de jeu, puis avoir lancé un « Vampire de Strasbourg » à la demande de Pablo, et d’avoir enchainé avec le fantastique « LA CREVASSE » animé par Olivier. Je crois que c’est vraiment LE jeu de la conférence, pour preuve, il a été joué 3 fois. Il faut du scotch et …. c’est tout. Ensuite vous découvrirez les 3 confiances qui vous seront nécessaires pour réussir.

J’ai beaucoup aimé le démarrage d’Agile Oops, il a suffit que 4 personnes se rapprochent et lancent un premier mime (il s’agit de mimer des mots agiles, ou alors de les faire trouver sans dire d’autres mots comme dans Tabou) pour que de fil en aiguille d’autres participants viennent jouer et qu’au bout de 20 minutes, il y ait entre 15 et 20 personnes à jouer (voir plus).

J’ai juste assisté au débriefing de Derdians facilité par Lan et Irène (je jouais ailleurs avant) que je me promets de refaire jouer au CARA car j’ai vraiment trouvé que ce jeu avait un super potentiel pour faire comprendre la difficulté d’introduire des concepts que nous maîtrisons dans d’autres contextes culturels (cela ressemble fortement à ce que je fais tous les jours).

Le jeu « Delegation Poker » m’a plutôt laissé sur ma faim (je n’étais qu’observateur) car le système de point (celui qui en a le plus gagne la partie) me semble influer le jeu de telle sorte que l’on joue plus pour gagner, donc en adoptant une certaine stratégie qui vous pousse à ne pas dire vraiment ce que vous pensez. Surement un petit quelque chose à modifier pour ce jeu Management 3.0 animé par Gilles.

J’ai également animé un « Beer Game » (version portable) et un « Petit Oiseau » alors que ce ne sont pas les jeux que j’avais proposé lors de l’ouverture … allez donc comprendre comment ça marche un Magic Space :)

La clôture

Comme je savais que les participants partiraient tout au long du samedi après midi en fonction des horaires des trains, j’ai proposé de faire une courte rétrospective après le repas en s’auto-organisant dans les 4 salles avec 4 facilitateurs. J’avoue avoir été plutôt déçu des résultats de cette rétrospective car beaucoup d’actions concernaient le besoin de mieux cadrer la conférence (avec un Kanban pour suivre les sessions, des affichages sur les portes pour savoir la session en cours et celle à venir, avoir de la diversité de articipants …) et comme Gilles l’a twitté, je crains que l’on perdre énormément de la satisfaction globale en cherchant à améliorer le système à la marge … est-ce à dire que la rétrospective est une mauvaise pratique dans ce contexte ?

De mon coté, je ne retiens qu’une seule de ces actions qui est la préparation au préalable d’une fiche descriptive de chaque jeu par les facilitateurs pour affichage dans l’espace de conférence. Pour les autres actions, je vais les lister et laisser les autres participants mettre en œuvre ce qu’ils pensent être important … un Magic Space est une conférence totalement auto-organisée par ses participants, donc chacun est libre de contribuer à l’amélioration à sa manière :)

En conclusion

Vivement l’année prochaine :)

Le point de vue majoritaire est qu’il ne faut pas dépasser 60 participants, donc si vous voulez vous tenir au courant et ne pas rater le prochain évènement, je vous invite à rejoindre le groupe agile-games-france.

Et dès que vous serez inscrits, n’hésitez pas à proposer d’ors et déjà un lieu et une date en 2014 car un Magic Space, c’est avant tout un évènement auto-organisé par les participants eux-même !

 

Ils bloguent aussi sur Agile Games France 2013  :

Ils ont pris des photos

 

8 pensées sur “Agile Games France 2013 : La magie a « encore » opérée”

  1. Bonjour Alexandre,

    Je partage l’enthousiasme et le plaisir évoqué ici.
    Je te trouve dur avec le jeu Delegation Poker. J’ai joué à la première session et l’intérêt du jeu finalement n’est pas le jeu lui même (tous les acteurs ne s’en préoccupaient pas) mais les concepts sous-jacents : savoir selon le type d’action ou de problème où doit se situer le niveau de délégation (totale ou aucune, avec une échelle de 1 à 7) vu de l’équipe, vu du management. De plus , une vision dynamique (nous en sommes là mais nous aimerions en être là) montre sur ce jeu certaines vertus réelles à mon sens. Les 6 participants que nous étions à cette première session ont bien aimé l’intérêt du jeu (plus en effet que le jeu au sens point).

    Sinon, deux très belles journées en ce qui me concerne (la Crevasse est effectivement excellent)et le fait de pouvoir papillonner sur différentes problématiques en participant ou regardant comment se comporte certains fut riche d’enseignement.

    Effectivement les discussions générées par le Jeu « Delegation Poker » sont très intéressantes, mon commentaire était simplement lié au fait que les règles du jeu (comptage des points) pourraient empêcher ces bénéfices d’apparaître.
    Alex

  2. L’idée de la rétro ne peut pas être mauvaise.
    Par contre, il faut peut-être adapter son format.
    Si on part du principe que les participants sont contents, on pourrait collecter les remarques sous forme la forme d’un « Oui, et … ».
    Là, on a plutôt collecté du « Oui, mais … ».
    Imaginons que chaque remarque doive commencer par « Sachant qu’on est auto-organisé, je pourrais/j’aurais pu… »

    Pas bête comme idée :)
    Alex

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *