Le plaisir du Kanban

Dernièrement j’ai eu l’occasion de co-animer avec plaisir 3 sessions d’1 journée sur le kanban avec le spécialiste Français Laurent Morisseau, la première session était une formation Inter Entreprise et les 2 suivantes des formations intra pour le même client.

Je ne suis pas un novice du Kanban, puisque je l’ai découvert dès 2005 lorsque j’ai eu l’occasion de passer 1 semaine avec les Poppendieck à San Francisco, et j’ai même déjà animé plusieurs formations/découverte du Kanban chez plusieurs clients, mais j’avoue que ces 3 jours ont été un enchantement car la maîtrise du sujet par Laurent est un réel plus sur ce sujet beaucoup plus délicat à présenter qu’il n’y parait.

Les sessions de formation étaient vraiment différentes, pour les 2 dernières, la plupart des participants ne connaissaient pas les fondements de l’agilité et les principes de Scrum alors que tous les participants à la 1ère session étaient parfaitement rompus à l’agilité et Scrum. Cette spécificité nous a fait réfléchir sur quelques slides qui étaient beaucoup trop orientés Scrum et qui n’avait pas de sens hors de ce contexte.

Maintenant je comprends mieux pourquoi Laurent présente le Kanban comme une technique d’amélioration de processus et non comme une technique de gestion de projet comme je le lis souvent ailleurs.

Il est également intéressant de noter la confusion entre le Management Visuel et le Kanban. Le premier permet de s’organiser individuellement ou en équipe en rendant visible les tâches à faire et les dysfonctionnements, alors que le deuxième permet d’améliorer la production d’un flux de valeur, indépendamment des l’organisation des équipes en place. Par exemple, le Kanban ne répond pas à la problématique d’organisation individuelle lorsque l’on travaille sur plusieurs projets.

J’ai également adoré le Kanban Game (Cf. image ci-dessus) … mais ce ne sera pas une surprise pour mes lecteurs. Ce jeu est d’une efficacité redoutable car il permet de pratiquer quasiment toutes les situations réelles. En commençant par ce jeu, nous disposons d’une mine d’information pour illustrer nos réponses aux questions des participants.

Même si j’aime le coté « Rupture » de Scrum (Cf. « Démarrer avec Scrum ou Kanban« ), j’avoue que je vois de plus en plus de situations ou Kanban serait parfaitement adapté, en particulier en dehors du logiciel.

4 réflexions sur « Le plaisir du Kanban »

  1. A la base, le Kanban n’a pas été inventé pour la gestion de processus logiciel mais pour des les processus industriels et ayant fait ses preuves, il a été par la suite adapté pour les processus logiciel.

    Tout d’abord merci pour ton commentaire, et soit, c’est acquis que le Kanban vient du Lean Manufacturing mais que dois-je faire de ta remarque ?

  2. Alexandre,

    Merci pour ce billet très interessant sur la force de Kanban dans l’amélioration des processus. Je suis également un fan depuis que j’ai lu le livre de Laurent et que j’ai mis en oeuvre ces pratiques dans l’amélioration d’un cadre Scrum auprès d’un de mes clients. Ca a été un véritable électrochoc pour l’équipe de développement qui a immédiatement put identifier les étapes en risques (goulet d’étranglement sur les tests de validation des US, manque de dispo d PO dans la rédaction des US) et s’organiser pour intervenir dessus. Le résultat … une équipe auto organisée et pluridisciplinaire, avec une augmentation de sa productivité.

  3. Merci pour ce feedback très intéressant.
    La dernière phrase me renvoie à des questions complémentaires : pourquoi Kanban serait plus adapté hors IT ? sur quels aspects ?

    Je pense que les cycles courts, avec livraison de valeur, sont compatibles avec tous les types de développement logiciel (il y a peut être des exceptions mais je n’en ai pas encore rencontré) alors que hors IT, le cycle de vie pour produire de la valeur peut être supérieur à 4 semaines et poser des problèmes avec une approche itérative.
    Alex

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *