Premier jour

Vraiment très difficile de choisir parmi toutes les sessions, mais il faut le faire, voici donc mon programme de la journée:

  • Dynamique introduction de Rachel Davies : Nous sommes 1500, venus de 39 pays, et 22% d’entre nous ne sont pas issus de l’amérique du nord. 400 sessions seront proposées et environ 25 en parallèle !!
  • En tant que keynote speaker, James Surowiecki (auteur de « the wisdom of the crowds ») a fait une intervention dynamique et amusante sans aucun support … chapeau. Afin de nous convaincre de la puissance du groupe, il nous a donné un exemple concret. Sur le petit carton blanc reçu à l’arrivée, nous avions du évaluer le nombre de ligne de code de Windows Office 2005. Bien entendu tout le monde s’est trompé, mais la pertinence du groupe est impressionnante puisque la moyenne des évaluations est de 47 Millions de lignes et la bonne réponse était 42.3 Millions. Seuls 2 individus ont fait mieux que le groupe. Je vais vraiment acheter et lire son livre 🙂
  • Puis j’ai assisté au lancement des « chansons françaises », ce qui m’a donné l’occasion de rencontré Emmanuel Gaillot avec qui j’avais échangé quelques mails. Ensuite venait ma première présentation en français sur l’implémentation de l’agilité au sein de Yahoo International (petite audience mais plutôt des bons feedbacks)
  • L’après midi j’ai choisi à 2 présentations sur le coaching : « Coaching Self Organizing Team » et  » Building High Performance Team ». Je suis resté sur ma faim pour la première car cela manquait de pratique et de références concrètes (l’orateur disait régulièrement qu’il lui faudrait plus de temps pour nous donner des exemples réels), et j’ai bien aimé la seconde qui s’appuyait sur les « Core Protocols » que je vais relire ASAP

Agile 2008 … c’est parti

Voilà, je viens d’arriver à Toronto ! Il est presque 16h en local donc environ 22h en France.

Après des formalités administratives un peu longues du fait que c’est ma première venue au Canada et une petite difficulté de trouver un moyen de se rendre en centre ville à un prix raisonnable (Il n’y a pas de bureau d’information à l’aéroport pour se renseigner … vraiment la première aéroport que je vois comme cela), j’ai pu faire mon check-in et utiliser la connexion internet wifi gratuite, il est 18h ici donc minuit en France.

Pour ce qui est de la conférence, l’organisation est vraiment top. Plusieurs guichets (classement par ordre alphabétique) pour obtenir son badge, le porte badge à choisir entre Rally et Version1, des bons pour les boissons, le ticket du banquet de jeudi et un petit carton blanc à remplir.

Ce petit carton s’avère être le sésame pour obtenir toutes les informations nécessaires sur la conférence comme l’agenda, l’ensemble des papiers écrits par les présentateurs et plusieurs goodies plutôt sympas dont le T-shirt officiel de la conférence.

Sur ce je vous laisse, il est l’heure de l’Ice-Breaker … allons faire un peu de networking 🙂

Management Agile

Intéressant article trouvé sur le site de Scrum Alliance décrivant le rôle du manager dans un contexte Agile.

L’article indique le besoin pour le manager de disposer de 3 grandes compétences et d’une méta-compétence.

Compétence 1: Gérer les équipes

  • Etre un Leader ou un coach plutôt qu’un chef.
  • Faciliter la résolution des problèmes par l’équipe elle même
  • Gérer les ressources pour maximiser le flux de sortie (création de valeur) et non l’utilisation maximale des ressources (100% d’occupation)
  • Adapter la mesure de performance au principe Agile (Inspect & Adapt) et donc éviter le bilan annuel comparatif des objectifs définis 12 mois plus tôt

Compétence 2: Gérer les investissements

  • Investir dans ce qui crée de valeur immédiate et mesurer le ROI sur la base des métriques fournies par l’équipe
  • Avoir des cycles plus courts de remise en cause du « portfolio « de produits.

Compétence 3: Gérer l’environnement

  • Utiliser des approches issues du LEAN pour gérer les partenaires internes (Finance, RH …)
  • Gérer la sous-traitance (locale ou off-shore) en s’assurant que la création de valeur reste maximale (surtout si le choix s’est fait sur des critères purement financiers)

Méta-Compétence : Gérer les changements organisationels

  • Faire en sorte que cela fonctionne en facilitant l’adoption des méthodes Agile et le changement des pratiques établies

Un petit questionnaire est également disponible pour savoir quel est votre degré de maturité dans le management Agile

Un autre petit article …

Article

En parallèle de l’interview à venir dans le 01 Informatique (et de la séance photo mémorable qui va avec), J’ai été sollicité pour écrire un article dans la prochaine revue des anciens élèves de l’Ensimag au sujet de l’utilisation de l’agilité dans les sociétés du Web.

Je suis intimement convaincu que les méthodes Agile sont particulièrement bien adaptées à cet environnement, mais il restait à trouver des arguments pour étayer ma conviction. Après avoir chercher sur le Web et n’avoir trouvé que des généralités sur des sites généraux – rien que de bien normal me direz-vous – je suis remonté à la source et j’ai relu encore une fois le manifeste Agile.

La connexion a été immédiate lors de ma (re)lecture des valeurs de l’agilité (Individuals & Interactions, Working Software, Customer Collaboration, Responding to Change) qui sont des valeurs « nécessaires » à la réussite des sociétés du Web.

Le premier jet de l’article est maintenant écrit et j’attends prochainement quelques retours de mes « relecteurs » volontaires, et si de votre coté vous avez eu l’occasion de parcourir un article sur ce sujet, ou si vous avez un avis personnel, n’hésitez pas à le partager avec moi.

Vacances !

Sait GuenoléA partir de ce soir, 2 semaines de vacances ! Certains diront bien méritée … Je suis bien d’accord !

Ce sera en Bretagne au fin fond du Finistère et même si le soleil risque d’y être rare, la beauté des paysage est vraiment incroyable.

Merci aux (encore trop rares) lecteurs de mon blog et à bientôt, j’aurais des choses à raconter sur la conférence Agile de Toronto début Août lors de laquelle j’espère apprendre beaucoup de choses et également partager mes connaissances lors des 2 sessions que je présenterai.

Implementation Agile Internationale chez Yahoo (En Français)

Integrating Scrum with the Process Framework at Yahoo! Europe (En Anglais)

C’que c’est beau la photographie …

Freres Jacques… c’est le titre d’une chanson des freres jacques enregistré en 1968 (j’avais 4 ans) … bon pourquoi pas me direz-vous … mais quel rapport avec la choucroute?

Tout simplement pour dire que l’agilité mène à tout et hier c’était le cas !

En effet, j’ai été contacté par 01 Informatique pour la rédaction d’un article sur notre pratique de l’agilité et en particulier les outils ou moyens mis en œuvre pour résoudre certains problèmes de comportement humains comme le manque de discipline des équipes auto-dirigée.

J’aurais l’occasion de revenir sur le contenu de l’article dans un futur post, mais ce qui a fait le succès de la fin de la journée d’hier a été la visite d’un photographe dans nos locaux de Grenoble pour prendre des photos de moi avec en arrière plan les tableaux de bord Agile que nous utilisons. Je n’avais jamais eu l’occasion de faire cet exercice de pose devant un photographe et ce n’est vraiment pas si facile de sourire sur commande et de paraître naturel, vous pouvez me croire.

En tout cas j’en ai fait rire plus d’un dans les bureaux … globalement tout ceux qui sont passés dans le bureau paysagé où les photos étaient prises 🙂

Starfish & Spider

Starfish & SpiderJe viens de terminer de lire le livre « The Starfish & The Spider : The Unstoppable Power of Leaderless Organizations » et j’ai trouvé pas mal de similitude avec les approches Agile et Lean.

L’idée derrière le livre est de démontrer la réussite ou la difficulté d’affronter des organisations fortement décentralisées (les STARFISH: les indiens Apaches, Les Alcooliques Anonyme, Al Qaeda, eMule, Wikipédia …) en comparaison de structures centralisées (les SPIDER: Inca, Major du disque …).

Pourquoi opposer Starfish et Spider, simplement parce que si vous coupez la tête d’une araignée elle meure, si vous lui arrachez une ou plusieurs pattes elle est moins efficace et peut en mourir, alors que si vous coupez une branche d’une étoile de mer, elle repousse et chez certaines variétés, la branche coupée peut donner naissance à une nouvelle étoile de mer.

Une analyse est faire sur les caractéristiques des organisations décentralisées et en particulier les personnes qui contribuent à leur développement (le catalyseur, le champion …) et leur interaction avec les cercles d’influence qui véhiculent la pensée de ces organisations. Le fait qu’il n’y ait bien souvent pas de règles établies chez les Starfish m’a fait penser au concept d’équipe auto-dirigée de l’agilité.

Le livre montre que derrière la réussite de plusieurs entreprises (Ebay, Google, Toyota …) qui semble centralisée, car elles ont un PDG, des départements etc., se cache un modèle hybride qui offre beaucoup de décentralistation (comme chez toyota ou les ouvriers se chargent eux-mêmes de proposer et mettre en place des améliorations de production)

Ce livre est écrit dans un anglais parfois difficile à lire pour un étranger (grammaire et vocabulaire assez développé)

Comment faire de la doc ?

Personnellement, Je n’ai jamais trouvé que l’agilité donnait une réponse précise à cette question 🙂

Par contre, j’ai trouvé une forme de réponse coté Lean. En effet, si le prend le point de vue de l’utilisateur final, la documentation qui n’est pas lue par l’utilisateur final peut souvent être considérée comme du « gâchis » et je considère qu’il y a donc une opportunité de réduction des coûts de production.

Depuis quelques temps, chaque fois que quelqu’un veut écrire un document, je lui pose la question suivante:

  • QUI VA LA LIRE ?

Les réponses sont le plus souvent l’une des suivantes:

  1. Untel la lit et l’utilise
  2. Je n’en sais rien mais quelqu’un devrait le faire
  3. Ce document est contractuel
  4. Notre processus dit qu’il faut la produire

Sur la réponse 1, je réponds : « C’est Ok, ce document est utile ».

Sur la réponse 2, je réponds simplement : « Mais pourquoi l’écris-tu ? », et bien souvent ce document est abandonné

Sur la réponse 3, je dis : « Ok, mais as-tu essayé de la réduire au strict minimum ? », car il y a souvent une volonté de bien faire alors que le juste nécessaire suffit souvent.

Sur la réponse 4, je dis : « Viens avec moi on va voir le responsable de ce processus pour voir si on peut le modifier ».

Lean à l’Ensimag

Le chemin est encore long pour avoir un cours sur le Lean Software Development à l’Ensimag, mais hier soir c’était l’unique sujet dont on parlait dans les locaux de l’école.

L’association des anciens élèves organisait une soirée « diner/débat » et j’étais l’orateur pour présenter le Lean de mary et tom poppendieck à une audience d’une 30aine de personnes constituée d’anciens élèves, de professeurs et de membres du groupe agile de Grenoble.

Je prends toujours un vrai plaisir à présenter les 7 concepts du Lean, même si le format limité à 1h15 me laisse un peu sur ma faim car je ne peux que survoler certains aspects et surtout, et à mon grand regret, je dois réduire le nombre d’anecdotes amusantes qui permettent de mieux comprendre « comment » implémenter le Lean.

Même si une partie de l’audience (les agilistes) était acquise à cette cause, il est vraiment toujours intéressant de batailler pour que certaines résistances s’ouvre un peu au Lean. Je suis conscient que les personnes ne sont pas ressorties entièrement convaincues, en 1h15 cela n’est pas possible, mais j’ai vraiment eu la sensation que ma présentation et la discussion qui a suivi les avait au moins amené à réfléchir sur leurs façons de faire … Je ne demande rien de plus !